La plaine des jarres
  

La plaine des jarres

Phonsavan, Laos le 18/07/2014

 

Phonsavan,


Après avoir visité Luang Prabang, nous partons à l'est du Laos visiter la plaine des Jarres à Phonsavan. Un minibus vient nous chercher à 8h30 ! Nous faisons plusieurs rencontres dans le bus. Un lituanien, Arnas, une anglaise, Alice, Une belge, Margaux, un américain, Corey et deux hollandais, Sarah et Tobias. On parle un bon moment tous ensembles de nos voyages, jusqu'à ce que la route nous surprenne. Nous traversons une fois de plus au Laos de beaux paysages sur une route au sommet de montagne où nous avons une vue extraordinaire sur les plaines et les vallées.

Le seul problème c'est que nous roulons sur une des routes les plus sinueuses que nous avons eu jusqu'à présent et Audrey se sent vite mal. Pourtant avec tous les trajets accumulés, jamais elle ne s'était sentie si mal. Rapidement, elle prend un médicament et la fin du trajet se terminera bien. Sur place nous disons au revoir aux hollandais et restons en compagnie d’Arnasse, Alice, Margaux et Corey. Nous trouvons une super Guest house tenu par un couple de Laotiens très gentils. Après avoir pris nos quartiers et dégusté une bonne panachée, nous partons voir un documentaire sur la guerre au Laos. On en apprend tous les jours. Il s'avère que c'était une guerre secrète menée par les américains. Ils profitaient de bombarder le Laos en même temps que les vietnamiens, alors que les laotiens avaient déclarés la neutralité. Ils ont lancé plus de bombes sur le Laos que toute la 2ème guerre mondiale. Si on s'attendait à ça.

La plaine des jarres a subit beaucoup de dégât, mais ils en restent suffisamment pour se rendre compte de l'énormité de ces jarres. Nous apprenons aussi que la région de Phonsavan a été l'une des plus touchée par les bombardements et qu’actuellement et après 30 ans, il y a toujours beaucoup de bombes dans les environs. Il y a de grandes campagnes pour prévenir les bombes dans les petits villages des environs. Autant pour les adultes que pour les enfants. Car en fait, il ne s'agit pas forcément de bombes, mais de bombies comme ils les appellent. Les enfants pourraient être très tentés de jouer avec, car elles ont la forme d'une balle de tennis colorée. D'ailleurs les accidents ne sont pas rares. C'est affreux, nous voyons pleins de témoignages de personnes ayant survécus, grâce aux grottes très présentes dans les environs, mais même parfois les grottes ne suffiront pas. Tous les jours des équipes de démineurs viennent faire exploser ces bombies. Nous sortons de ce documentaire un peu choqué par les événements. Après toutes ces émotions nous rentrons nous coucher et nous préparer pour notre journée excursion motos à travers la plaine des jarres.


Journée plaine des jarres, c'est parti tous ensemble sur notre scoot en direction du site numéro 1. Pour information, l'origine et la fonction de ces jarres n'a pas été résolu. Beaucoup d'hypothèses ont été imaginées, mais la plus vraisemblable est qu’elles devaient avoir un usage funéraire et par ailleurs ces jarres étaient fermées à la manière de sarcophages. Sur le premier site, le plus important, on y trouve une des plus grosses jarres (6t).

Elles sont toutes regroupées et sont toutes de tailles différentes, ce qui laisse à penser à une hiérarchie sociale. Tout autour du site on peut apercevoir les nombreux impacts de bombes, qui nous semblent gigantesques.

 

 

 

 

 

Sur place se trouve aussi une grotte qui ressemble à un trou creusé artificiellement. C'est là que les jarres auraient été fabriquées.

 

On se balade un moment à travers ces champs de jarres, puis nous partons sur le site 3. Ce sera le parcours du combattant pour y accéder. De un, la route principale est fermée, car le MAG est présent. C'est une unité de déminage, nous devons donc faire tout un détour pour contourner cet emplacement. Nous traversons des routes de terres toutes boueuses et ce n'est pas évident de ne pas tomber. Plusieurs fois la roue arrière nous fera quelques frayeurs, mais Jean-Yves en excellent conducteur, ne nous fera pas tomber. Pour accéder au site 3, nous marchons un kilomètre à travers des rizières pour arriver sur une petite colline où se trouve un petit ensemble de jarres au milieu de vaches. Une vue superbe se dresse devant nous.

 

 

 

 

 

 

 
Sur le retour, nous pourrons prendre la route habituelle, pas besoin de refaire un détour. Ouf. La vue est magnifique, une fois de plus. Nous traversons de petits villages avec des maisons construites uniquement sur pilotis, sûrement pour la saison des pluies.

 

 

 

 

 

Au loin, nous entendrons une explosion et de la fumée en sortira. Impressionnant. Comme quoi ce n'est vraiment pas fini. En fin de journée nous rentrons sur Phonsavan et se prendre une bonne douche. Le soir venu, nous partons pour un dernier souper tous ensembles, car le lendemain tout le monde va dans une direction différente. On ira manger indien histoire de changer un peu. Mmmh délicieux les samosas... après cela un tour au marché de nuit et dodo. Belle expérience et belles rencontres que nous avons vécues ici.


A bientôt pour de nouvelles découvertes au Laos.

 

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Laos