Thakhek-Konglor loop, loupée
  

Thakhek-Konglor loop, loupée

Thakhèk, Laos le 21/07/2014

 

Départ Phonsavan – Thakhek


Levé à 5h30 du matin, le temps de prendre un café et voilà que nous quittons Phonsavan sur notre tuk-tuk. Sur le chemin pour la station de bus, nous aurons la chance de voir une cérémonie des moines que nous avions loupée à Luang Prabang. Nous profiterons de ce cours moment sans sortir notre appareil photo. Une fois montés dans notre soi-disant bus VIP, nous en avons pour 11h de trajet afin d'atteindre Thakhek, une petite ville au bord du Mékong juste à côté de la frontière thaïlandaise. Ce sera notre point de départ pour un tour de 450 km en moto. Notre bus VIP… en fait c’est un bus un peu plus grand qu'un mini-van, mais plus petit qu'un car. Nous avons de la place pour nos jambes et c'est tout, car au finale il s'agira plutôt d'un bus locale qui s'arrête tout le temps et qui roule avec la porte ouverte pour ne pas mettre la clim... on fera avec. Heureusement pour nous les paysages sont absolument fabuleux... il n'y a rien à dire. Nous sommes entourés par des montagnes tout en se croyant dans la jungle. Des bambous de partout, des bananiers, des fougères et bien d'autres arbres bien touffus. Les sommets des montagnes se trouvent dans la brume tout en étant accompagnés de rayons de soleil qui ne font que ressortir le paysage. La route n'est pas tout le temps agréable, mais ce n'est de loin pas la pire. Nous serons très heureux d'arriver à bon port et prendre une chambre à l'hôtel au Travel Lodge.


Le jour suivant, nous restons tranquilles à Thathek. Jean-Yves prépare ses interviews par skype qui dureront toute l'après-midi. Audrey ira se balader à travers les rues de Thathek et y voir le Mékong avec la Thaïlande juste en face. Sur le chemin, elle trouvera un bébé chat abandonné. Elle ira donc dans un temple à la rencontre de moines pour qu'ils s'occupent du chat. Les jeunes moines sur place ne parlent pas vraiment anglais et la discussion se fait difficilement. Heureusement le guide du routard aide pour y dire quelques mots. Manger ou boire pour le chaton. Les moines sont très sympas et Audrey espère qu'ils s'occuperont de lui.

 

 

 

Départ pour la boucle Thakhek-Konglor-Thakhek, une boucle de 450 km que nous ferons ou pas en moto. Malheureusement on nous annonce qu'un tronçon risque d'être fermé dû à la pluie, mais nous rencontrons des personnes qui en reviennent, et cela devrait être faisable. On part tous motivés en compagnie d'un hollandais et de deux anglais. Bon ça ne commence pas très bien. Déjà, la fille anglaise, désolée on ne se souvient pas de son prénom, ne sait pas conduire de scooter... elle mettra plus d'une heure à se décider. Donc après s'être levés à 8h30, nous décollons à 12h. Ça devrait le faire pour arriver jusqu'à Konglor, mais il va falloir rouler. Nous commençons notre trajet et voilà que la pluie se met à tomber.. pfff la galère commence alors que nous avons 150 km à faire. On met nos ponchos et c'est parti! Au moins pour le moment nous sommes sur une route principale et tout se passe plus ou moins bien. On fera un stop pour manger et réaliser que nous sommes trempes. Même nos chaussures ont pris l'eau. Mais nous sommes à 5 et toujours motivés. On continue, sous cette pluie qui ne veut plus d'arrêter. On ne voit pas grand-chose et c'est là que pour la première fois en 10 mois notre moto nous fait des siennes... pneus crevé, on ne sait comment... bref nous sommes au milieu de nul part et nous devons faire marche arrière. Bien évidemment Audrey ne peut pas rester derrière Jean-Yves et prend le scooter de l'anglaise qui elle ira derrière son copain. La pluie ne cesse pas et devient même par moment de plus en plus fort. On s'arrête un peu partout pour demander où est-ce que nous pouvons réparer notre pneu. Ils nous montrent tous la même direction. Enfin, nous trouvons un petit garage au bord de route. Le monsieur nous répare la chambre à air pour 3 fois rien. Nous pouvons continuer, mais avant nous irons quand même faire le plein en arrière à la ville. Cette fois c'est bon, nous reprenons la route, sauf qu'après quelques km, devinez quoi? Notre chambre à air n'a pas tenu et nous avons à nouveau crevé! Non!!! C'est pas possible... bon heureusement nous ne sommes pas loin du garage, donc nous y retournons mais cette fois nous changerons le pneu! Allez c'est reparti et nous avons encore 80 km à parcourir sous cette pluie qui ne veut toujours pas s'arrêter. Il est 17h et d'ici 1 heure il fera nuit...  il semble que nous passons par de beaux paysages avec des cascades, mais nous ne voyons rien vu la brume que nous avons devant nous. On roule, on roule, mais nous sommes obligés de ralentir le rythme, car nous traversons des routes sinueuses qui montent et qui descendent. L'eau coule à fond sur la route (et dans nos yeux) et tous les véhicules que l'on croise roulent au pas. Après 40 km nous ne sommes toujours pas arrivés. Nous sommes trempés, on a froid malgré que la température soit bonne, on en a marre et la nuit tombe. Nous décidons finalement de nous arrêter à Nahin. Nous trouvons, pas très loin de là une guest house où nous passerons la nuit. On saute sous la douche pour nous réchauffer, mais là encore ce n'est vraiment pas notre jour de chance... coupure d'électricité et plus d'eau chaude bien-sûr! Ce sera vite réparé, mais quand même. Sur place nous ferons aussi la rencontre de 2 français, Ségolène et Nico qui eux s'étaient arrêtés ici pour la journée. Ils ont bien eu raison. 

A notre levé, la pluie tombe toujours... quelle poisse!  Nous prenons notre temps pour déjeuner en espérant que la pluie s'arrête, mais au final nous partirons pour les grottes de Konglor sous la pluie. Petit à petit la pluie diminue enfin, mais notre amie anglaise nous fait une frayeur avec son scooter et elle n'est plus sûre d'elle pour la suite. Audrey lui propose volontiers de conduire son scooter au cas où. Nous arriverons enfin aux grottes, mais une fois de plus la rivière est bien montée et Ségo et Nico, partis plus tôt, n'ont pas pu traverser cette cave jusqu'au bout, pour raison de sécurité. Encore une! On se renseigne sur place mais personne ne parle anglais ici. Bon, on décide finalement de commencer la visite.

 

Nous montons à 3 sur notre bateau en compagnie de l'hollandais. On ne sait toujours pas son nom... Nous sommes dans la nuit la plus totale avec nos lampes frontales à essayer d'entrevoir la moindre chose. Après environ 10 minutes nous descendons du bateau et marchons à travers des stalagmites et stalactites qui se rejoignent l'un à l'autre.

 

 

 

C'est absolument fabuleux. La visite continue à bord du bateau et apparemment nous ne faisons pas marche arrière, ce qui signifie que nous pouvons poursuivre. Enfin une bonne nouvelle. Nous ne voyons toujours pas grand-chose mise à part que l'on se rend compte que la hauteur de la grotte peut être parfois énorme et au contraire nos têtes ne sont pas loin de toucher. Notre sens de l'ouïe est en plein travail et on peut entendre au loin des bruits de chauves-souris, et de l'eau qui coule de on ne sait où. De temps à autre, le bateau évite des cascades d'eau qui tombent du ciel et parfois l'eau nous tombe dessus. C'est effectivement la saison des pluies et l'eau doit bien se déverser à quelque part. Nous arrivons de l'autre côté de là grottes et observerons un moment les environs avant de rebrousser chemin dans le noir. 

 

Avec toute l'eau accumulée ces derniers jours, nous sommes obligés de repartir en arrière et retourner sur Thakhek, mais il est déjà tard et nous roulerons au maximum avant la nuit. Cette fois-ci notre amie anglaise abandonne et demande à Audrey de conduire et Jean-Yves la prendra comme passagère. La pluie a cessé et la brume se lève. C'est là que nous pouvons admirer la beauté des environs. On s'arrêtera à un point de vue et regarder les pains de sucre de couleur noir et ces arbres verts au-dessus. Magnifique.

 

 

 

 

 

Les rivières que nous traversons sont de couleur rouge, à cause de la couleur de la terre. Ouaw. La saison des pluies en vaut le détour parfois... seulement parfois! Le soir nous nous arrêtons au village de Vieng Kham pour repartir dès le lendemain à Thathek. Notre semi-boucle est terminée et nous sommes heureux de passer notre journée à ne rien faire. Le soir on ira se faire un petit bouffe tous ensemble avant de se quitter et enfin nous aurons l'occasion de connaitre les prénoms de nos compagnons de ces 3 jours… vive Facebook: Joris, Owen et Ria. La honte, mais à notre avis, ils étaient dans le même cas que nous.

Le matin suivant, nous allons prendre notre petit déjeuner en compagnie de Ségo et Nico, avant de faire un aller-retour en Thaïlande pour refaire notre tampon de 15 jours au Laos. Nous sympathisons rapidement avec eux et comme ils sont motorisés, ils nous proposent de nous emmener jusqu'à la frontière. Nous acceptons cette proposition et partons ensembles jusqu'à la frontière du Mékong. On se renseigne auparavant si nous pouvons bien faire un aller-retour pour avoir à nouveau 15 jours gratuits, et c'est bien le cas. On fonce à l'immigration pour faire notre tampon de sortie, mais après nous sommes obligés d'attendre un bus pour nous amener de l'autre côté du pont.

 

 

Nous n'avons pas le droit de traverser à pieds et les douaniers ne veulent pas nous laisser monter dans une voiture de locaux. Arrivés en Thaïlande, c'est bien plus simple.

On fait notre tampon d'entrée et droit derrière, celui de notre sortie. Ici les douaniers nous laissent monter dans une voiture. Hey hop nous sommes de retour au Laos avec 15 jours supplémentaires. Pendant tout ce temps, Ségolène et Nicolas, nous attendaient. Vraiment adorable de leur part et on vous remercie encore. Finalement, nous passerons l'après-midi et la soirée ensembles à boire des bières et refaire le monde. Une journée comme on les aime. Nous disons au revoir à nos deux nouveaux potes que nous espérons revoir à Chang Mai en Thaïlande. Le lendemain matin nous prendrons un bus pour Vientiane, la capitale du Laos. Thahkek c'est fini, nous sommes vraiment parti en scooter les deux seuls jours de pluie, depuis le soleil est revenu... y a des jours sans et d'autres avec..

 

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Laos